• Départ de Cahuzac, retour de Spanghero

    Départ de Cahuzac, retour de Spanghero

    Spanghero aurait importé illicitement des tonnes de mouton anglais sauce « cheap sheep ». Veau, vache, cochon, cheval, girafe, insecte, larve, et même soja... Je veux bien à la limite manger n’importe quelle source de protéine, mais de la bouffe anglaise ! Ah non, pitié nooon... Tout, mais pas ça.

    La France ne versera plus rien pour libérer ses ressortissants pris en otage. Sauf ses larmes.

    Les Chypriotes vont voir leurs comptes taxés. Nous aussi, quand la taille nous a été imposée au Moyen-âge, ça nous a foutu la quinte.

    A l’affiche : Au bout du conte. Jaoui a réalisé du Jaoui ; Bacri a joué du Bacri ; Biolay n’a pas chanté. Cool.

    L’obus épicé ne diffuse que des faits avérés. Ainsi, je puis vous affirmer que la courbe du chômage a encore augmenté. La preuve ? Je viens de m’inscrire au Pôle emploi. C’est ça, être un pro de l’info. Prends-en de la graine, Media Part !

    Départ de Cahuzac, retour de SpangheroJérôme Cahuzac a été remercié par Ayrault, en attendant d’être blanchi par la justice. Selon Media Part, le bougre aurait disposé d’un compte secret en Suisse. Pas très exemplaire pour un ministre du budget – si c’est avéré... En attendant, principe de précaution oblige, on l’écarte du pouvoir pour s’éviter d’éventuelles éclaboussures. C’est mesquin. Déjà que tout français moyen se tord les poches pour savoir comment échapper au fisc ; alors imaginez, si en plus, vous vous retrouvez derrière les manettes ! En langage juridique, ça s’appelle une incitation au vol. Circonstance atténuante. Bon, il paraît que le fric soi-disant détourné daterait de sa période pré-ministérielle ; et alors ? Vous vous voyez, vous, en train de rapatrier votre magot simplement pour qu’il soit imposé ? Aussi grotesque qu’envisager Hollande reprendre son régime, une fois élu. Ou pire, Depardieu jouer Cyrano...

    Woerth, Cahuzac, même combat. En fait, c’est la fonction qui pose problème. Pas leur détenteur. Mettez un Bernard Tapie au poste, et tout s’emboîtera farpaitement. Oui, farpaitement !

     

    C’est aujourd’hui le printemps et comme par hasard, il fait tout d’un coup 20° à Bordeaux. Mais où va-ton, mon Dieu, où va-t-on ?

    A la proxima !

     

    « Enterrés, mais toujours vivants... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :