• Le Buisson ardent

     Chaque lundi, l’Obus épicé pimente le cul de l’actu de la semaine.


     

    Le Buisson ardent

    DIPLOMATIE

    Le film de Volker Schlöndorf met en scène la diplomatie qui aura fait que Paris sera toujours Paris. Pour l’Ukraine, est-ce le marché qui roublera Poutine ?

     

    Le FN inscrit des colistiers malgré eux. Pas étonnant ; au temps des colonies, Jean-Marie avait l’habitude de chasser le « panou-panou » dans la savane…

     

    Les tempêtes à répétition ont dévasté nos côtes cet hiver. Comme dit ce vieux proverbe de surfer : « Si tu ne viens pas à la mer, la mer ira à toi. »

     

    La disparition du Boeing 777 en mer de Chine demeure un mystère. Ce ne sont pourtant pas les pistes qui manquent. C’est ce que a dû se dire le commandant de bord…

     

    Le Buisson ardent

    Le Buisson Ardent

    Selon la tradition judéo-chrétienne (Livre de l'Exode, chapitre 3, versets 1 à 22), c’est sous la forme d’un buisson ardent (qui brûle sans jamais se consumer) que Dieu a révélé son nom – ineffable – à Moïse. De même, en terre sainte UMP, le chef spirituel devra porter la bonne parole auprès des disciples impatients de connaître les révélations de l’Innommable.

     

    Sarkozy en est devenu inaudible, à force d’être écouté. Si bien que certains font entendre leur petite musique exempte de notes vulgaires : après le rap Sarko-Copé, la sonate Juppé-Bayrou. Quant au juge qui monnaya un siège à Monaco contre ses renseignements, il ne mérite pour punition que d’être effectivement muté sur le caillou…

    Le Buisson ardent

     

    Aux USA, une telle affaire vaudrait aussitôt à Buisson une condamnation pour haute trahison assortie d’une réclusion à perpète ! Mais en France, l’espionnage n’est pas considéré comme un délit, au point qu’on est la risée des autres nations… Qui nous pillent nos idées, souvent sans avoir besoin de placer des micros ; il leur suffit d’envoyer leurs agents aux portes ouvertes de nos salons de l’innovation et de s’y faire remettre gracieusement nos plaquettes publicitaires… Tout est dedans : principe de la transparence, tant vanté par Copé…

     

    Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa compagne, clame l’accident. En effet, la première à avoir pris quatre balles dans le coffre, c’est la porte de la salle de bains. Sa nana ne serait que la victime collatérale d’une regrettable bagarre avec ladite porte qui serait sortie de ses gonds pour lui mettre une clenche dans la figure. Hélas pour lui, la porte n’est plus en état de témoigner…

    L'idée de la semaine
    Mais en tant que cul-de-jatte doublé d’un psychopathe, Pistorius aura au moins initié une nouvelle forme de jeux para olympiques, où les handicapés mentaux auraient eux aussi leurs propres épreuves : le 100 m schizo, le bipolaire-athlon, le saut perché autiste, etc. Champions de consommation de neuroleptiques, les Français seraient favoris pour rafler toutes les médailles !

    Le Buisson ardent

    DSK ferait mieux que n’importe quel autre politique, selon un sondage commandé par le Parisien, qui – au vu du résultat inattendu – a aussitôt décidé de ne pas le publier. Pas étonnant que la presse française aille mal avec une telle gabegie. Voyez : l’Obus publie l’info, sans débourser un maravédi. Inutile : tout se sait chez nous, puisque tout le monde s’espionne sans vergogne…

     

    Les statistiques sur la délinquance parisienne seraient truquées depuis dix ans. Après la langue de bois, les chiffres de bois. Cela dit, la moindre main courante coûte une blinde à l’administration, qui manque de personnel ; alors, on classe verticalement. Les poubelles de nos commissariats sont pleines de récidivistes abandonnés à leur sort. Heureusement que les paparazzi sont là pour faire le ménage...

     

    Le Buisson ardent

     

    Le Buisson ardent

    Les crédits accordés à nos entreprises sont en nette diminution. Or, ce ne serait pas la faute des banques mais des entreprises : la plupart d’entre elles ont tout simplement disparu.

     

    La question de la semaine
    Quand Thierry Ardisson demanda à Jacques Attali, invité de son émission Salut les terriens, quelle différence il y avait entre une démocratie et une dictature, compte tenu de la perception subjective que les gens en avaient suivant le camp auquel ils appartenaient, ce fin penseur tergiversa en circonvolutions fumeuses, comme s’il était embarrassé par une question délicate. C’est simple Jacques : le meilleur des index objectifs pour mesurer le degré de démocratie d’une société, c’est la liberté d’expression. Ou elle existe, ou elle n’existe pas, comme en Russie, en Iran, en Chine, en Corée du Nord, etc. Dès lors, inutile de chercher des arguments sociologiques, économiques ou culturels pour se situer (mais… les USA étant le pays où elle est quasi-totale, ne seraient-ils pas néanmoins une démocrature ?)

     

    La BD de la semaine
    Sans rire, c’est le dernier tome du chef-d’œuvre de Manu Larcenet : Blast. A lire en version numérique durant trois mois sur le site Izneo (inscription gratuite) en entrant le mot de passe suivant dans votre profil : 5n9rprbjun84wd3

     

    A lundi prochain !

     

    Inscrivez-vous à la newsletter pour être automatiquement averti par mail de la diffusion de la prochaine salve de brèves & dessins.

     

    WANTED !

    L’Obus épicé recherche des collaborateurs ici.

    « Un an !Ecouter pollue... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :