• Le roi nu

    Le roi nu

    Il nous est tous arrivé de croiser un jour une star ou un éminent personnage au cours de notre vie ; cette probabilité se trouve augmentée dans les lieux qu’ils fréquentent régulièrement et à l’occasion de grands événements, nonobstant leur isolement parano.
    La COP 21 ayant réuni dans notre capitale – déjà bien fournie dans ce domaine – quelque 150 chefs d’état et plus encore de personnalités, il n’y a donc rien d’étonnant à ce que j’aie pu rencontrer ces derniers jours une grosse pointure politique, mais en toute intimité, ce qui l’est davantage. Bref, voici l’anecdote et la réflexion qu’elle m’a inspirée.
    Ayant pris l’habitude de fréquenter dès potron-minet mon praticien palpeur (ostéopathe, chiropracteur, acupuncteur, rebouteux, coach zen : vous avez le choix…) afin de profiter de l’espace et du silence qu’induit un très tôt début de journée, que ne fus-je surpris ce matin là de me retrouver seul en compagnie d’un autre patient que moi. Pour l’heure, c’était déjà étonnant. Mais pour la qualité dudit bonhomme, ça l’était bien davantage : une huile politique, donc publique, donc exposée…
    Nous nous saluâmes brièvement en affichant respectivement une indifférence courtoise (c.-à-d. respectueuse de ma part et mécanique de la sienne), avant de vaquer à nos obligations personnelles. Bien sûr, je ne pouvais m’empêcher de le scruter du coin de l’œil, mine de rien. La situation valait bien un détour fugacement curieux de la pupille (in petto : il est plus petit qu’à la télé ; il ne fait pas son âge ; il en a une plus grosse que moi ; etc.). Bref, une heure passa ainsi, que je partageai avec le roi nu.

    Le roi nu

    Et c’est bien cela qui me préoccupa avant d’en spéculer : comment se faisait-il qu’il fût seul ici avec un parfait inconnu (je confirme, hélas), sans garde rapprochée, compte tenu de son rang et du contexte ? A croire que Vigipirate est moins un rempart efficace contre le terrorisme qu’une parade policière offerte au regard potentiellement votant du peuple. Imaginez en effet : si tout d’un coup j’avais eu une révélation djihadiste et une lame halal, le roi nu aurait été habillé pour l’hiver éternel ! Couic ! L’affaire était réglée en deux coups de cutter à peau ! Mais sans aller si loin dans le gore, j’aurais tout autant pu sortir mon téléphone et filmer* subrepticement les turpitudes d’un chef livré à lui-même. Quel scoop mes amis ! J’en connais (journaliste people, opportuniste vénal, fan frustré, opposant vindicatif, selfymaniaque…) qui n’aurait pas hésité à se laisser conduire par ce réflexe de paparazzo, certes immoral, mais pas illégal. Rappelez-vous le foin qu’avait causé la publication de Hollande sur son scooter : hors la relation amoureuse, que n’avait-on ergoté au sujet du manque de sécurité de ses escapades ! Car tout est là : il existe des moments où le roi décide d’être un homme comme les autres, en faisant fi de toute mesure de sûreté. C’est bien cette prise de conscience qui empêche de profiter de la situation : respecter ces folles parenthèses où Auguste se promène incognito dans Rome… N’a-t-il pas le droit de se retrouver de temps en temps avec lui-même (surtout s’il est fréquentable) ? D’un autre côté, c’est aussi ce manque de conscience du prince qui peut inciter à profiter de la situation : rappeler à Auguste qu’une fois mise, la pourpre impériale ne s’enlève plus. Pour ne pas oublier qu’il ne s’appartient pas ou qu’il ne lui appartient pas de s’oublier, si vous préférez. Alors en somme, qui a raison ? En ce qui me concerne, j’ai tranché : ce sera celui qui me fera la meilleure offre pour les images.
    * Notez qu’on téléphone rarement avec sa caméra…

    A bientôt peut-être…

    > Inscrivez-vous* à la newsletter pour être automatiquement averti par mail du prochain tir de dessin de presse.
    > Découvrez aussi Squaricatures et Short Edition

    * Confidentialité garantie : votre adresse mèl sert exclusivement à la newsletter, n’est transmise à aucun tiers sous quel prétexte que ce soit & peut toujours être retirée de la liste sur simple clic de votre part. 
     

    « La fin de l'innocenceN’être ou ne pas être »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :